DRC at a crossroads

Here, at the beginning of September 2014, the DRC is definitely at a crossroads. The political class is focused on the future of the 2005 constitution; will it be modified, replaced or kept? However, the political scene has been set and it reveals that there are both supporters and opponents of the current constitution.

Supporters of the 2005 constitution

There’s no surprise that opposition parties and civil society have come out publicly in favour of maintaining the current constitution. For them, the only aim of a change to the constitution would be to ensure President Kabila stays in power. However, if all political opponents currently give the impression that they oppose any change, let’s wait and see where they position themselves after the formation of the “national unity” government, expected in time for the re-opening of parliament in mid-September. Will those opponents who become ministers still be against the changes?

More surprising, however, is the fact that some voices within the presidential majority have come out against constitutional reform. MSR and SCODE are currently the two political parties who have publicly stated that there is no reason to amend the constitution. This shows that, contrary to popular belief, the presidential majority is not a monolithic group intent only on preserving the interests and/or carrying out the orders of its leader. Let us, therefore, wait and see where the hitherto silent members of the majority will position themselves. Are we witnessing a straightforward bargaining exercise by those with their sights set on the next government or a real desire to respect the rules set up by the referendum of 18 December 2005.

Equally, some international partners such as the United States have said very strongly that the current constitutional process needs to be respected. Are they finally going to go further than issuing warnings and strongly-worded recommendations?

Opponents of the 2005 constitution

A lot of voices within the PPRD as well as others within the majority are already openly campaigning for a constitutional change, citing several reasons.

First of all, they consider the current constitution to be flawed because it was written under pressure from war lords and multinational companies. Whatever the strengths and weaknesses of the current constitution, is it appropriate to change it now, two years before the end of the current term? Why not wait until after the next elections and thus minimise the risk of a political crisis?

Secondly, some opponents of the current constitution maintain that President Kabila requires more time in order to complete his reconstruction projects. Thus, initiatives like “Kabila Désir” have been set up to demonstrate to the Congolese Diaspora all that the government has accomplished in the last few years. Their need to disseminate the truth is legitimate. However, the founders of this project have failed to say where the colossal funds required for such an undertaking are coming from. Are there not better ways to spend that amount of money? And how much longer is required to complete the reconstruction of the country? Lastly, is there not anyone other than President Kabila within the presidential majority who is capable of advancing the country’s reconstruction?

Finally, supporters of constitutional reform are presenting President Kabila as the only one capable of guaranteeing the security and unity of a country on the verge of chaos. They consider him, in fact, to be the only person able to control the national army today. But, in that case, would he not also be the only recipient of the distrust and suspicion of the people of East Congo following the death of Colonel Mamadou Ndala and General Bahuma? How can we build a lasting peace without the support of the inhabitants of this region? All men are mortal, what would happen to Congo if President Kabila passed away unexpectedly?

A country at a crossroads

The DRC is currently facing great uncertainty. No one is in a position to predict what will happen in the coming months. Everyone knows where the country is coming from but no one knows with any certainty where it is going.

The present constitution with its ups and downs has somehow allowed a kind of balance and stability. The majority of politicians and others have used it as a benchmark to play the democratic game. This constitution has brought a stability which has allowed economic progress and could be seen as the basis of general interest.

For the first time, the country is about to experience a peaceful devolution of power with all that this would bring in terms of the practice of democracy and a positive impact on Congolese perception. This unprecedented momentum requires everyone to answer to the substantive issues for the greater good.

Is now the right time to change the constitution considering the uncertainty this might create? What advantages would a new constitution bring? What message is this sending to those people who, a few years ago, decided to access power through peaceful means?

Politics is always a balance of power. If supporters of constitutional reform obtain the referendum they are looking for, what are the technical measures to be taken so that the result reflects the will of the people and does not unleash a new political crisis?

The aim of this text is to highlight the progress made during the last decade. DRC still has considerable challenges to overcome, especially in terms of security, and the country needs a calm political landscape to meet these goals. Should we make the choice today, to plunge the country into uncertainty? Where is the interest in jeopardising the progress made through such tremendous sacrifices?

The different players in this situation should respond conscientiously to all these questions, and ask themselves whether their responses are motivated by public interest.

Advertisements

La RDC face à son avenir

En ce début de mois de septembre 2014, la RDC est plus que jamais face à son avenir. La classe politique est focalisée sur l’avenir de la constitution de 2005. Sera-t-elle modifiée, remplacée ou préservée ? Le décor politique est cependant déjà planté et il oppose partisans et opposants de l’actuelle constitution.

Les partisans de la constitution de 2005

Sans surprise, l’opposition politique et la société civile se sont prononcées pour le maintien de l’actuelle constitution, en pointant à juste titre d’ailleurs que l’unique but d’une modification serait de maintenir le Président Kabila à la tête de l’Etat. Si les opposants politiques donnent pour l’instant le sentiment de faire bloc contre tout changement, voyons quel sera leur positionnement individuel après la mise en place du gouvernement « de cohésion nationale » annoncé pour la rentrée parlementaire de mi-septembre. Les opposants devenus ministres seront-ils encore contre une modification ?

Plus surprenant par contre, les oppositions qui se sont manifestées au sein même de la majorité présidentielle. Le MSR et le SCODE sont les deux partis politiques qui ont pour l’instant publiquement estimé que du point de vue de l’intérêt général, il n’y avait aucune raison de toucher à la constitution. Contrairement à ce qui est largement répandu, il est intéressant de relever à ce stade que la majorité présidentielle n’est pas un bloc monolithique qui se limite à défendre les intérêts et/ou à exécuter les injonctions de son autorité morale. Attendons donc de voir quelle sera la position des autres ténors de la dite majorité qui sont pour le moment restés silencieux. Assistons-nous à un simple marchandage avec en ligne de mire le prochain gouvernement ou à une réelle volonté de respecter les règles du jeu fixées par le référendum du 18 décembre 2005?

Enfin, certains partenaires internationaux comme les Etats-Unis ont clairement pris position pour le respect de l’actuelle constitution. Iront-ils plus  loin que des simples mises en garde et recommandations appuyées ?

Les opposants de la constitution de 2005

Le PPRD, en tout cas certaines voix en son sein, ainsi que d’autres partis de la majorité battent ouvertement campagne pour une modification et même un changement de l’actuelle constitution en mettant en avant plusieurs raisons.

D’abord, parce que cette dernière serait imparfaite du fait d’avoir été élaboré sous la pression des belligérants, des multinationales et autres. Malgré ses faiblesses, réelles ou supposées, est-il opportun de changer ou de modifier la constitution à deux ans de la fin de la législature ? Pourquoi ne pas attendre après la tenue des prochaines élections et ainsi minimiser le risque de crise politique ?

D’autres soutiennent que le Président Kabila a besoin de plus de temps afin de parachever son œuvre de reconstruction. Ainsi, des initiatives comme « Kabila Désir » ambitionnent d’organiser à destination du Congo des charters plein de membres de la diaspora afin qu’ils se rendent enfin compte de toutes les réalisations du gouvernement. Ce souci de reconstitution de la vérité est légitime. Les initiateurs du projet ont cependant omis de dire entre autres d’où viendraient les fonds colossaux que nécessiteraient ces opérations. N’y a-t-il pas mieux à faire actuellement au Congo avec de telles sommes ? Ensuite, de combien de temps en plus ont-ils besoin pour parachever la reconstruction du pays ? Et enfin, n’y a-t-il personne d’autre que le Président Kabila au sein de la majorité présidentielle qui soit en mesure de continuer cette œuvre de reconstruction ?

Enfin les derniers partisans d’une réforme constitutionnelle placent même le Président Kabila comme le seul garant de la sécurité et de l’unité d’un pays menacé d’éclatement. Il serait en effet la seule personne, aujourd’hui, ayant de l’ascendant sur tous les commandants de l’armée. Dans ce cas, serait-il donc le seul destinataire de la méfiance et de la suspicion qu’entretient la population de l’est du Congo vis-à-vis du commandement de l’armée comme l’ont démontré les manifestions qui ont suivi les décès du Colonel Mamoudou Ndala et du Général Bahuma ? Comment donc pacifier durablement ces régions sans le soutien des populations concernées ? Tout homme étant mortel, le Congo n’existerait plus si le Président Kabila disparaissait inopinément ?

Un pays face à son avenir

Le Congo est aujourd’hui face à une incertitude. Personne n’est en mesure de prédire ce qui arrivera dans les prochains mois. Tout le monde sait d’où le pays vient, mais personne ne sait avec certitude où il va.

La constitution qui polarise aujourd’hui les esprits est le cadre qui a permis, tant bien que mal, une certaine forme d’équilibre et de stabilité. C’est sur cette base que la grande majorité de la classe politique et des forces vives ont joué le jeu de la démocratie et que des progrès notables ont été enregistrés, notamment sur le plan économique. C’est d’une certaine manière le socle sur lequel repose aujourd’hui l’intérêt général.

Pour la première fois de son histoire, le Congo a l’occasion d’assister à une dévolution pacifique du pouvoir avec ce que cela peut apporter à la pratique du jeu démocratique et symboliser dans l’imaginaire collectif. Ce momentum inédit nécessite donc des uns et des autres de répondre à des questions de fond du point de vue de l’intérêt général.

Est-ce le bon moment pour « toucher » à la constitution vue l’incertitude à laquelle elle peut conduire? Qu’apporterait en plus et/ou en mieux une nouvelle constitution ? Quel message envoi-t-on à ceux qui se sont engagés il y a quelques années à conquérir le pouvoir par des moyens pacifiques ?

La politique étant une question de rapport des forces, si les partisans d’une réforme constitutionnelle obtienne un référendum sur la question, quelles sont les dispositions techniques prises pour que le résultat de la consultation reflète la volonté populaire et ne se soit pas l’objet d’une nouvelle crise politique ?

Comme le montre ces quelques lignes, le Congo a fait des progrès considérables ces dix dernières années. Les défis à surmonter restent immenses, notamment sur le plan sécuritaire mais ils ont besoin pour cela d’un climat politique apaisé. Fait-on aujourd’hui le choix de plonger le pays dans l’incertitude ? Accepte-t-on de remettre en cause toutes les avancées acquises au prix d’énormes sacrifices ?

Les différents acteurs de la situation devraient répondre en âme et conscience à toutes ces questions en se demandant si leurs réponses sont motivées par l’intérêt général.