Le #nigeriadecides est-il la 1ère phase d’un #africadecides ?

Le Nigéria a tenu son rang et vient de confirmer son statut de géant africain. Pour la majorité des observateurs, les élections du 28 et 29 mars se sont déroulées de manière libre démocratique et transparente.

Le Général Muhammadu Buhari et sa coalition d’opposition, le All Progressive Congress (APC), réalisent ainsi l’exploit de l’alternance en battant dans les urnes un parti au pouvoir depuis plus de 15 ans, alors que la majorité des observateurs pronostiquaient une courte victoire de Goodluck Jonathan.

Il convient ici de saluer le mérite des Nigérians qui se sont rendus aux urnes, bravant dans certains endroits les menaces de Boko Haram ; de féliciter le Général Buhari qui a réussi la première alternance démocratique du pays ; et enfin de louer la grandeur de Goodluck Jonathan qui a sportivement reconnu sa défaite et félicité son adversaire. Cette attitude d’Homme d’Etat va, je l’espère, éloigner le spectre des violences post-électorales que tout le monde redoutait.

Comment cette alternance a-t-elle été possible ?  

L’alternance, encore rare en Afrique, est pourtant saine en démocratie parce qu’elle empêche d’une part l’usure du pouvoir et ses conséquences ; et d’autre part, parce qu’elle est un gage de stabilité et de bonne gouvernance en permettant à un nouveau groupe de gérer la chose publique en apportant du sang neuf, des idées nouvelles et, on l’espère, de nouvelles pratiques.

Trois facteurs principaux ont permis à l’APC de réussir son pari de l’alternance : une volonté populaire de changement, l’union de l’opposition et une commission électorale indépendante.

  1. Le changement

La campagne victorieuse de Buhari s’est principalement articulée sur la fin de la corruption qui gangrène le pays et la lutte contre l’insécurité. Le peuple nigérian s’est clairement prononcé pour un changement de la situation actuelle. C’est d’autant plus frappant que le même Buhari a été largement battu par Jonathan en 2011. Cette alternance est donc la matérialisation d’une défiance populaire vis-à-vis d’un parti usé par le pouvoir dont la corruption était devenue l’une des caractéristiques.

  1. Une opposition unie

L’unité de l’opposition est souvent indispensable face à un parti au pouvoir profitant des avantages qui y sont liés pour s’enraciner durablement à travers le pays et s’offrir une clientèle fidèle. L’APC a été formé en février 2013 par le regroupement des trois principaux partis d’opposition, représentant par la même occasion une organisation politique suffisamment large en termes d’implantation et de moyen pour rivaliser avec le Peoples Democratic Party (PDP) au pouvoir depuis 15 ans. Plus qu’un simple regroupement d’opposants, l’APC a réussi à représenter une alternative crédible au régime sortant. La démarche suivie a donc été le désir commun d’alternance, l’élaboration d’un programme crédible puis la désignation démocratique du candidat le mieux à même de porter cette alternance.

  1. Une commission électorale indépendante

La transparence du processus avec des opérations de vote difficilement manipulables grâce à la biométrie a été un élément déterminant. Certains ont mis en garde contre les fraudes lors de la compilation des résultats mais la vigilance des Nigérians, qui publiaient les résultats en temps réel sur Facebook et Twitter, a permis d’éviter la publication de chiffres non conformes à la vérité des urnes. Le peuple s’est ainsi approprié cette élection de bout en bout avec le désormais célèbre #nigeriadecides.

L’alternance au Nigéria est-elle la première phase d’un changement plus large en Afrique ?

Chaque pays est unique et a un contexte particulier mais pour que cette alternance soit le début d’un mouvement plus large, je pense que les  trois points ci-haut sont indispensables.

Il semble qu’il existe en Afrique un profond désir de changement chez les peuples dont plus de la moitié des pays sont dirigés par les mêmes régimes voire chefs d’Etat depuis plusieurs décennies.

Cependant, les oppositions devraient être en mesure de représenter une alternative crédible à des partis au pouvoir solidement enracinés. Cela passe notamment par la création de coalitions suffisamment implantées avec un réel écho à travers les pays, capables de capitaliser sur le désir populaire de changement, tout en apportant une offre et des solutions politiques neuves.

Enfin, l’indépendance des institutions électorales vis-à-vis de toute influence politique est primordiale. La réussite d’élections libres et transparentes est conditionnée par plusieurs étapes politiques et techniques, notamment la garantie et le respect d’un certain nombre de droits et libertés, la fiabilité du fichier électoral, la garantie du vote secret ou encore la sécurisation de la transmission et du traitement des résultats électoraux.

Kabila in Katanga- Reading between the lines

For around two weeks now, Congolese political news has been dominated by the return to Lubumbashi of Governor Moïse Katumbi on 23 December 2014, alongside various interpretations of his metaphor-rich speech in front of an immense crowd at the Place Moïse Tshombe. It is now widely understood that Katumbi opposes a third term in office for Kabila and also has the support of the president of the Provincial Assembly Kyungu wa Kumwanza, who himself campaigns against the territorial division outlined in the 2006 constitution.

President Kabila, compelled to react to the turmoil faced by his majority at the centre of his electoral heartland, addressed a meeting of the political elite of Katanga on 5 January 2015, and called on leaders to rally together and preserve the unity of Katanga. However, neither the governor nor the president of the Provincial Assembly was present.

The main points of his speech

The most noteworthy points in the President’s speech were, firstly his silence on a possible candidature for 2016, secondly his wish to go through with the territorial division and thirdly his desire to keep working until the final day of his term. He also made a point of reminding leaders that he is just as much a Katangan as they are, and that the province, although rich, is not superior to others. Furthermore, he refused to respond personally to either individual comments or political polemics. However, a more detailed analysis of his proposal reveals that he did respond indirectly to both the governor and president of the Provincial Assembly.

What he said and what went unnoticed

From the 30th minute of the speech (link below), President Kabila reminds the provincial authorities of Katanga that they do not have a different statute to other provinces and that they have a duty to represent and respond to the central government as well as territorial bodies. Then in the 32nd minute he recommends that those who disagree with the central government resign. He sends a warning to those who might be tempted to use their position to start a trial of strength with the central government, reminding them that he gave them their authority and so they are accountable to him not the other way around.

President Kabila then goes further, mentioning questions of security at the heart of the province and actually threatening those who aim to divide the populations of Katanga (36:45’). He makes a commitment, from the 37th minute, to deal with those who want to destabilise the province, and to destroy all militia operating in Katanga.

The final veiled reference against Governor Katumbi is an economic one (53:40). The president talks about the numerous lorries transporting minerals that he sees when travelling to Likasi, Kolwezi or Kasumbalesa. It’s difficult not to make the link with the Governor’s transport company which enjoys, according to some, a kind of monopoly of minerals transportation in Katanga.

In a speech which was aimed at keeping the peace, Joseph Kabila nonetheless hints at points which could be considered useful angles of attack if Katumbi were to decide to officially distance himself from the majority. The State authority, the superiority of central government, as well as economic sanctions could be used against Moïse Katumbi if required.

An open confrontation between Katangans?

Opinion is currently divided. It is impossible to confirm whether or not President Kabila and Governor Katumbi are still on speaking terms. In public, however, the latter is keeping a certain distance from the former. For instance: Katumbi’s noticeable absence not only from the meeting on 5 January 2015, but also from his own farm when Kabila stopped there on New Year’s Day. It’s hard to believe that he had not been informed of this visit by the protocol.

What will be the political position of the Governor of Katanga in the medium term? Will he continue to keep one foot in the majority and the other outside or will he cross the point of no return? If Moïse Katumbi decides to officially break away from the majority in the coming weeks, the situation in Katanga will be more than tense. It is quite probable that the authorities, who would not accept having an opponent at the head of this strategic province, will try to remove him from his position as governor. We could refer to the examples of Vital Kamerhe in the National Assembly in 2009 or the election in Kinshasa in 2007 of a governor from the majority by a provincial assembly dominated by the opposition.

In the case of a split, it would also be difficult for a governor, turned opponent, but still legally answerable to the interior minister, to freely and fully perform his functions for two years.

Will Moïse Katumbi risk losing his position as governor and all the advantages associated with it? The difficulty for the majority, however, would be to get rid of the popular Moïse Katumbi who demonstrated his strength two weeks ago and who appears to have a large number of supporters in the Katangan political class. Who would follow him if he broke away from the majority and who would stay loyal to President Kabila? One thing is certain, Katanga would be divided.

Will we witness a divorce between Moïse Katumbi and Joseph Kabila over the coming weeks? I don’t think so. Neither one has any interest in such a confrontation. President Kabila would not risk turning his back on a part of Katanga when he has other burning issues to deal with. Furthermore, his attitude since his arrival in Katanga has been rather conciliatory.

As far as Governor Katumbi is concerned, he also has no interest in creating permanent conflict with a president of the Republic who still enjoys all the powers of his position and who, until it has been proved otherwise, controls the army. The position taken by the Governor of Katanga over the last couple of weeks has allowed him to put some pressure on a president who may not yet have made his decision for 2016, whilst at the same time positioning himself within the heart of the majority as a potential successor.

Joseph Kabila’s speech to leaders in Katanga https://www.youtube.com/watch?v=bMTsQwB8rIU 

Kabila au Katanga – Lire entre les lignes

Depuis environ deux semaines, l’actualité politique congolaise est marquée par le retour du gouverneur Moïse Katumbi à Lubumbashi le 23 décembre 2014 et les suites de son allocution imagée devant une immense foule rassemblée sur la place Moïse Tshombe. L’opinion en a retenu une opposition à un éventuel troisième mandat du président Kabila et le soutien apporté à Moïse Katumbi par le président de l’Assemblée provinciale Kyungu wa Kumwanza, qui milite lui-même contre le découpage territorial prévu par la constitution du 18 février 2006.

Le Président Kabila, obligé de réagir aux turbulences auxquelles fait face sa majorité au sein même de son fief, s’est adressé aux notables du Katanga le 5 janvier 2015 en l’absence du gouverneur et du président de l’Assemblée provinciale, appelant les dirigeants à se ressaisir et à préserver l’unité du Katanga.

Ce que l’on a retenu de son allocution

Les points de l’allocution présidentielle ayant retenu l’attention sont d’abord son silence sur une éventuelle candidature en 2016, puis sa volonté de mettre en œuvre le découpage territorial et enfin sa détermination à exercer sa mission jusqu’au dernier jour de son mandat. Il a d’ailleurs mis un point d’honneur à rappeler qu’il est aussi katangais que les autres leaders, et que cette province bien que riche n’est pas supérieure aux autres. Il a aussi dit qu’il ne répondrait à personne ni à aucune polémique politicienne. Une analyse plus détaillée de son propos révèle qu’il a tout de même répondu indirectement au gouverneur et au président de l’Assemblée provinciale.

Ce qu’il a dit et qui est passé inaperçu

A partir de la 30ème minute de la vidéo reprenant l’allocution (lien ci-dessous), le président Kabila rappelle aux autorités provinciales katangaises qu’elles n’ont pas un statut différent de celles des autres provinces et qu’elles ont obligation de représenter et répondre au gouvernement central en tant qu’agents de la territoriale.  Il se montre ensuite plus précis à la 32ème minute en recommandant à ceux qui ne sont pas d’accords avec le gouvernement central d’assumer en démissionnant. Il met en garde ceux qui seraient tentés de se servir de leurs positions pour s’engager dans un bras de fer avec le gouvernement central en leur rappelant que c’est lui qui leur a confié ces responsabilités (33ème) et qu’ils ont donc des comptes à lui rendre, et non pas l’inverse.

Le président Kabila va ensuite plus loin en évoquant les questions sécuritaires au sein de la province en menaçant carrément ceux qui tiennent un discours qui visent à diviser les populations du Katanga (36:45’). Il s’engage ainsi à partir de la 37ème minute à s’occuper de ceux qui voudraient déstabiliser la province et promet d’anéantir toute milice opérant au Katanga.

La dernière allusion voilée à l’encontre du gouverneur Katumbi s’est faite sur le terrain économique (53 :40’) lorsque le président a évoqué les nombreux camions transportant les minerais qu’il voit lors de ses passages à Likasi, Kolwezi ou Kasumbalesa. Difficile de ne pas faire de lien avec la société de transport du gouverneur qui bénéficierait, selon certains, d’une forme monopole dans le transport des minerais au Katanga.

Dans une allocution qui visait l’apaisement, Joseph Kabila a tout de même esquissé en creux les points qui pourraient constituer les angles d’attaque dont la majorité va se servir contre Katumbi s’il décidait officiellement de prendre ses distances. L’autorité de l’Etat, la primauté du pouvoir central ainsi que des mesures de retentions économiques pourraient être utilisés contre un Moïse Katumbi devenu opposant.

Vers un affrontement ouvert entre Katangais ?

Les sources divergeant sur ce point, il est impossible d’affirmer que le président Kabila et le gouverneur Katumbi n’entretiennent plus de cordiales relations en privé. En public cependant, le second affiche une certaine prise de distance d’avec le premier. En témoigne son absence remarquée lors de la réunion du 5 janvier 2015 avec les notables, ou celle du jour de l’an lors du passage surprise du président Kabila à sa ferme dont on imagine mal qu’il n’ait pas été prévenu par le protocole d’Etat.

Quel sera le positionnement politique à moyen-terme du gouverneur du Katanga ? Va-t-il continuer d’avoir un pied au sein de la majorité et l’autre en dehors ou va-t-il franchir le rubicond? Si Moïse Katumbi décide de rompre officiellement d’avec la majorité dans les prochaines semaines, la situation au Katanga sera plus que tendue. Il est très probable que le pouvoir, qui n’acceptera pas d’avoir un opposant à la tête de cette province stratégique, tentera de l’expulser du gouvernorat. Nous avons les exemples de Vital Kamerhe à l’Assemblée nationale en 2009 ou l’élection en 2007 à Kinshasa d’un gouverneur issu de la majorité par une Assemblée provinciale dominée par l’opposition.

En cas de rupture, il serait d’ailleurs difficile pour un gouverneur devenu opposant, mais légalement sous la tutelle du ministre de l’intérieur, d’exercer pleinement et librement ses fonctions (autorisations de sortie, etc.) pendant deux ans.

Moïse Katumbi va-t-il s’opposer au risque de perdre le gouvernorat et les avantages qui y sont liés? La difficulté pour la majorité serait cependant de défenestrer le populaire Moïse Katumbi qui a fait une démonstration de force il y a deux semaines et qui semble jouir de nombreux soutiens dans la classe politique katangaise. Qui sont ceux qui le suivraient dans une démarche de rupture et ceux qui resteraient loyaux au Président Kabila ? A coup sûr, le Katanga en sortirait divisé.

Assisterons-nous dans les prochaines semaines à un divorce entre Moïse Katumbi et Joseph Kabila ? Je pense que non, ni l’un ni l’autre n’ont intérêt à une confrontation. Le président Kabila ne prendrait pas le risque de se mettre une partie du Katanga à dos alors qu’il doit déjà faire face à plusieurs sujets brûlants. Son attitude depuis son arrivée au Katanga est d’ailleurs plutôt conciliante.

Le gouverneur Katumbi quant à lui n’a pas non plus intérêt à s’installer dans une confrontation permanente avec un président de la République qui jouit encore de tous les attributs de la fonction et qui, jusqu’à preuve du contraire, contrôle encore l’armée utile. Le positionnement affiché ces dernières semaines par le gouverneur du Katanga lui a permis d’un peu mettre la pression sur un président qui n’aurait pas encore pris sa décision pour 2016, en même temps qu’il s’est positionné au sein de la majorité comme l’éventuel dauphin.

Allocution de Joseph Kabila devant les notables du Katanga https://www.youtube.com/watch?v=bMTsQwB8rIU

Thursday 30th October 2014, an important day for a new Africa

But what kind of Africa are we talking about exactly? An Africa, where elected leaders govern their countries for the duration of their mandate and then retire peacefully at the end of their term. An Africa of good governance, where those elected do not focus their time and energy on maintaining power, but rather on working for the prosperity of their people. The kind of Africa that so many are yearning for today, because the political stability of the continent is an essential condition for its economic development.

The 30th October 2014- an important day

For several weeks now observers and analysts have been discussing upcoming elections, in particular in those countries where the presidents are nearing the end of their final term in office, but where it is becoming clear that they will try to maintain power. These countries are: Burkina Faso (2015), Burundi (2015), Congo (2016), DRC (2016) and Rwanda (2017). Each country has its own unique history and context but it’s clear that they are all watching each other’s situations closely and future developments in one country will inspire and/or influence what happens in the others. It is for this reason that what is currently happening in Burkina Faso is very important for the rest of Africa. Today’s striking images have already been seen all over the continent.

At the moment it is difficult, in fact impossible, to predict what will happen next in Burkina Faso. The President Blaise Compaoré, regarded until yesterday evening as a skilled strategist, has been in power for the last 27 years. Will he now be overthrown or will he remain in office until the end of his term in November 2015? The army, which appears to sympathise with the people, has just announced emergency measures, including the dissolution of parliament and formation of a 12 month transitional government. Will the opposition parties, who have played their role so perfectly in the last few months, insist on the departure of the weakened president during forthcoming negotiations? And what about France, which has just leaked a letter written by President Hollande to his counterpart in Burkina Faso? Will it abandon its old ally? The situation is still very confused.

What is clear though, is that Thursday 30th October is already an important day for Burkina Faso and for the emergence of this aformentioned new Africa. By marching on the parliament and the presidency just hours before the modification of the constitution, the people of Burkina Faso have risen up against an attempt to confiscate power by one man and his group of supporters. They have equally demonstrated their thirst for the creation of strong institutions, their yearning for the upholding of the law and their desire for democracy. It’s a lesson, an example for the other people of the continent. I would also like to take this opportunity to salute the courage of the thousands of Burkinabe who have poured out onto the streets to show their desire for change, but also to pay my respects to those who have lost their lives during this historic day.

The lessons of 30th October 2014

It is much too early to learn any long-term lessons from current events, all the more so since their magnitude has taken almost everyone by surprise. However, we can read and interpret certain messages sent to different groups by the people of Burkina Faso, who it seems were underestimated by some of their leaders.

Firstly to the people of Africa, the Burkinabe have shown that we must not be cowed by any forms of intimidation and, even at the risk of the greatest sacrifice, stand up against all attempts to remove power from the people. Courage is therefore the watchword.

Next, to the African leaders who haven’t yet grasped this concept, the people of Burkina Faso ask that the current constitutions and their laws are respected in order to facilitate political stability. Contrary to what some say, it is not providential “strong men” who prevent serious political crises but the respect of those democratic rules established by consensus.

Finally, to Africa’s partners, the Burkinabe who came out onto the streets today are issuing a demand for coherence. You cannot insist that certain leaders leave at the end of their final term, whilst at the same time accepting that others stay in power. As far as Burkina Faso is concerned, many people will be tempted to use the security considerations of the region to justify these double standards. To those people I would like to ask just one question: Do you think that West Africa will sink because President Blaise Compaoré is no longer in residence at the Kosyam Palace? Let’s replace the “strong men” with strong institutions and mechanisms which will guarantee the stability of the continent.

The three messages that the “men of integrity” are sending to us are therefore, courage, respect and coherence.

Jeudi 30 Octobre 2014, un grand jour pour une nouvelle Afrique

Mais de quelle Afrique s’agit- il exactement? De cette Afrique où les dirigeants élus gouvernent leurs pays pendant toute la durée de leur mandat et se retirent pacifiquement au terme de celui-ci. De cette Afrique de la bonne gouvernance où les élus consacrent moins de temps et d’énergie à se maintenir au pouvoir qu’à travailler pour la prospérité de leurs peuples. De cette Afrique que beaucoup appellent aujourd’hui de tous leurs vœux car la stabilité politique du continent est la condition sine qua non pour son développement économique.

Le 30 octobre 2014, un grand jour

Depuis plusieurs semaines, beaucoup d’observateurs et analystes dissertent sur les prochaines échéances électorales prévues, en mettant l’accent sur les pays dont les présidents effectuent leurs derniers mandats constitutionnels mais dont la tentation de se maintenir au pouvoir a été affirmée ou se précise. Il s’agit du Burkina Faso (2015), du Burundi (2015), du Congo (2016), de la RDC (2016) et du Rwanda (2017). Chaque pays a son histoire et son contexte mais il est évident que les uns suivent attentivement ce qui se passe chez les autres et que les prochains développements dans un des pays vont inspirer et/ou influencer les autres.  C’est donc pour cette raison que ce qui se passe actuellement au Burkina Faso est très important pour le reste de l’Afrique, car les images de la journée vont tourner en boucle partout sur le continent.

Il est pour le moment difficile, voire impossible, de prévoir la suite des événements au Burkina Faso. Le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans et encore présenté jusque hier soir comme un grand stratège, sera-t-il renversé ou restera-il en place jusqu’au terme de son mandat en novembre 2015? L’armée, qui semble faire cause commune avec le peuple, vient en tout cas d’annoncer la dissolution du parlement et l’installation d’un gouvernement de transition pour une période de 12 mois. Les partis politiques d’opposition qui ont parfaitement joué leurs rôles ces derniers mois exigeront-ils le départ du président affaibli lors des négociations annoncées ? La France qui vient de faire fuiter une lettre du président Hollande à son homologue Compaoré va-t-elle lâcher son allié ? La situation reste pour le moment très confuse.

Ce qui est évident par contre, c’est que le jeudi 30 octobre 2014 est d’ores et déjà un grand jour pour le Burkina Faso et pour l’émergence de cette nouvelle Afrique mentionnée ci-haut. Le peuple du “pays des hommes intègres”, en marchant sur le parlement et la présidence quelques heures avant la modification de  la constitution, s’est élevé contre toute volonté de confiscation du pouvoir par un homme encouragé dans cette démarche par ses supporters. Le peuple a ainsi montré sa soif pour l’émergence d’institutions fortes, sa volonté de faire respecter la loi fondamentale en vigueur et son désir de démocratie. C’est une leçon, un exemple pour les autres peuples du continent. Je tiens d’ailleurs ici à saluer le courage de ces milliers de burkinabè qui sont descendus dans les rues du pays pour faire entendre leur envie de changement, mais aussi m’incliner devant la mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de cette journée historique.

Les enseignements du 30 octobre 2014

Il est beaucoup trop tôt pour tirer des enseignements à long-terme sur les événements actuels, d’autant plus que leur ampleur a pris de cours presque tout le monde. Cependant, nous pouvons lire et interpréter certains messages envoyés à différents groupes par le peuple burkinabè qui a été sous-estimé par une partie de ses dirigeants.

D’abord à l’endroit des peuples d’Afrique, les burkinabè enseignent qu’il ne faut reculer devant aucune forme d’intimidation et s’élever, jusqu’au sacrifice suprême, contre toute tentative de confiscation du pouvoir par quelques-uns. Le courage est donc ici le maître-mot.

Ensuite à l’endroit des dirigeants africains qui ne se sont pas encore inscrits dans cette logique, le peuple du Burkina Faso demandent de respecter les constitutions en vigueur et les règles qui en découlent afin de favoriser la stabilité politique. Contrairement au discours de certains, ce ne sont pas des hommes providentiels forts qui empêchent des crises politiques aux conséquences incalculables mais le respect des règles démocratiques établies consensuellement.

Enfin à l’endroit des partenaires de l’Afrique, les burkinabè descendus dans les rues aujourd’hui réclament de la cohérence. On ne peut pas exiger de certains dirigeants qu’ils quittent le pouvoir à la fin de leur dernier mandat, tout en s’accommodant de la volonté de certains autres à s’y maintenir.  Pour ce qui est du Burkina Faso, plusieurs personnes seront tentées de mettre en avant les considérations sécuritaires au niveau régional pour justifier ce deux poids deux mesures. A ceux-là, je ne poserai qu’une question : Pensez-vous que l’Afrique de l’ouest sombrera parce que le Président Blaise Compaoré n’occupe plus le palais de Kosyam ? Remplaçons les hommes forts par des institutions et mécanismes forts qui garantiront la stabilité du continent.

Les trois messages que nous envoient les hommes intègres  ce jeudi 30 octobre 2014 sont donc courage, respect et cohérence.

DRC at a crossroads

Here, at the beginning of September 2014, the DRC is definitely at a crossroads. The political class is focused on the future of the 2005 constitution; will it be modified, replaced or kept? However, the political scene has been set and it reveals that there are both supporters and opponents of the current constitution.

Supporters of the 2005 constitution

There’s no surprise that opposition parties and civil society have come out publicly in favour of maintaining the current constitution. For them, the only aim of a change to the constitution would be to ensure President Kabila stays in power. However, if all political opponents currently give the impression that they oppose any change, let’s wait and see where they position themselves after the formation of the “national unity” government, expected in time for the re-opening of parliament in mid-September. Will those opponents who become ministers still be against the changes?

More surprising, however, is the fact that some voices within the presidential majority have come out against constitutional reform. MSR and SCODE are currently the two political parties who have publicly stated that there is no reason to amend the constitution. This shows that, contrary to popular belief, the presidential majority is not a monolithic group intent only on preserving the interests and/or carrying out the orders of its leader. Let us, therefore, wait and see where the hitherto silent members of the majority will position themselves. Are we witnessing a straightforward bargaining exercise by those with their sights set on the next government or a real desire to respect the rules set up by the referendum of 18 December 2005.

Equally, some international partners such as the United States have said very strongly that the current constitutional process needs to be respected. Are they finally going to go further than issuing warnings and strongly-worded recommendations?

Opponents of the 2005 constitution

A lot of voices within the PPRD as well as others within the majority are already openly campaigning for a constitutional change, citing several reasons.

First of all, they consider the current constitution to be flawed because it was written under pressure from war lords and multinational companies. Whatever the strengths and weaknesses of the current constitution, is it appropriate to change it now, two years before the end of the current term? Why not wait until after the next elections and thus minimise the risk of a political crisis?

Secondly, some opponents of the current constitution maintain that President Kabila requires more time in order to complete his reconstruction projects. Thus, initiatives like “Kabila Désir” have been set up to demonstrate to the Congolese Diaspora all that the government has accomplished in the last few years. Their need to disseminate the truth is legitimate. However, the founders of this project have failed to say where the colossal funds required for such an undertaking are coming from. Are there not better ways to spend that amount of money? And how much longer is required to complete the reconstruction of the country? Lastly, is there not anyone other than President Kabila within the presidential majority who is capable of advancing the country’s reconstruction?

Finally, supporters of constitutional reform are presenting President Kabila as the only one capable of guaranteeing the security and unity of a country on the verge of chaos. They consider him, in fact, to be the only person able to control the national army today. But, in that case, would he not also be the only recipient of the distrust and suspicion of the people of East Congo following the death of Colonel Mamadou Ndala and General Bahuma? How can we build a lasting peace without the support of the inhabitants of this region? All men are mortal, what would happen to Congo if President Kabila passed away unexpectedly?

A country at a crossroads

The DRC is currently facing great uncertainty. No one is in a position to predict what will happen in the coming months. Everyone knows where the country is coming from but no one knows with any certainty where it is going.

The present constitution with its ups and downs has somehow allowed a kind of balance and stability. The majority of politicians and others have used it as a benchmark to play the democratic game. This constitution has brought a stability which has allowed economic progress and could be seen as the basis of general interest.

For the first time, the country is about to experience a peaceful devolution of power with all that this would bring in terms of the practice of democracy and a positive impact on Congolese perception. This unprecedented momentum requires everyone to answer to the substantive issues for the greater good.

Is now the right time to change the constitution considering the uncertainty this might create? What advantages would a new constitution bring? What message is this sending to those people who, a few years ago, decided to access power through peaceful means?

Politics is always a balance of power. If supporters of constitutional reform obtain the referendum they are looking for, what are the technical measures to be taken so that the result reflects the will of the people and does not unleash a new political crisis?

The aim of this text is to highlight the progress made during the last decade. DRC still has considerable challenges to overcome, especially in terms of security, and the country needs a calm political landscape to meet these goals. Should we make the choice today, to plunge the country into uncertainty? Where is the interest in jeopardising the progress made through such tremendous sacrifices?

The different players in this situation should respond conscientiously to all these questions, and ask themselves whether their responses are motivated by public interest.

La RDC face à son avenir

En ce début de mois de septembre 2014, la RDC est plus que jamais face à son avenir. La classe politique est focalisée sur l’avenir de la constitution de 2005. Sera-t-elle modifiée, remplacée ou préservée ? Le décor politique est cependant déjà planté et il oppose partisans et opposants de l’actuelle constitution.

Les partisans de la constitution de 2005

Sans surprise, l’opposition politique et la société civile se sont prononcées pour le maintien de l’actuelle constitution, en pointant à juste titre d’ailleurs que l’unique but d’une modification serait de maintenir le Président Kabila à la tête de l’Etat. Si les opposants politiques donnent pour l’instant le sentiment de faire bloc contre tout changement, voyons quel sera leur positionnement individuel après la mise en place du gouvernement « de cohésion nationale » annoncé pour la rentrée parlementaire de mi-septembre. Les opposants devenus ministres seront-ils encore contre une modification ?

Plus surprenant par contre, les oppositions qui se sont manifestées au sein même de la majorité présidentielle. Le MSR et le SCODE sont les deux partis politiques qui ont pour l’instant publiquement estimé que du point de vue de l’intérêt général, il n’y avait aucune raison de toucher à la constitution. Contrairement à ce qui est largement répandu, il est intéressant de relever à ce stade que la majorité présidentielle n’est pas un bloc monolithique qui se limite à défendre les intérêts et/ou à exécuter les injonctions de son autorité morale. Attendons donc de voir quelle sera la position des autres ténors de la dite majorité qui sont pour le moment restés silencieux. Assistons-nous à un simple marchandage avec en ligne de mire le prochain gouvernement ou à une réelle volonté de respecter les règles du jeu fixées par le référendum du 18 décembre 2005?

Enfin, certains partenaires internationaux comme les Etats-Unis ont clairement pris position pour le respect de l’actuelle constitution. Iront-ils plus  loin que des simples mises en garde et recommandations appuyées ?

Les opposants de la constitution de 2005

Le PPRD, en tout cas certaines voix en son sein, ainsi que d’autres partis de la majorité battent ouvertement campagne pour une modification et même un changement de l’actuelle constitution en mettant en avant plusieurs raisons.

D’abord, parce que cette dernière serait imparfaite du fait d’avoir été élaboré sous la pression des belligérants, des multinationales et autres. Malgré ses faiblesses, réelles ou supposées, est-il opportun de changer ou de modifier la constitution à deux ans de la fin de la législature ? Pourquoi ne pas attendre après la tenue des prochaines élections et ainsi minimiser le risque de crise politique ?

D’autres soutiennent que le Président Kabila a besoin de plus de temps afin de parachever son œuvre de reconstruction. Ainsi, des initiatives comme « Kabila Désir » ambitionnent d’organiser à destination du Congo des charters plein de membres de la diaspora afin qu’ils se rendent enfin compte de toutes les réalisations du gouvernement. Ce souci de reconstitution de la vérité est légitime. Les initiateurs du projet ont cependant omis de dire entre autres d’où viendraient les fonds colossaux que nécessiteraient ces opérations. N’y a-t-il pas mieux à faire actuellement au Congo avec de telles sommes ? Ensuite, de combien de temps en plus ont-ils besoin pour parachever la reconstruction du pays ? Et enfin, n’y a-t-il personne d’autre que le Président Kabila au sein de la majorité présidentielle qui soit en mesure de continuer cette œuvre de reconstruction ?

Enfin les derniers partisans d’une réforme constitutionnelle placent même le Président Kabila comme le seul garant de la sécurité et de l’unité d’un pays menacé d’éclatement. Il serait en effet la seule personne, aujourd’hui, ayant de l’ascendant sur tous les commandants de l’armée. Dans ce cas, serait-il donc le seul destinataire de la méfiance et de la suspicion qu’entretient la population de l’est du Congo vis-à-vis du commandement de l’armée comme l’ont démontré les manifestions qui ont suivi les décès du Colonel Mamoudou Ndala et du Général Bahuma ? Comment donc pacifier durablement ces régions sans le soutien des populations concernées ? Tout homme étant mortel, le Congo n’existerait plus si le Président Kabila disparaissait inopinément ?

Un pays face à son avenir

Le Congo est aujourd’hui face à une incertitude. Personne n’est en mesure de prédire ce qui arrivera dans les prochains mois. Tout le monde sait d’où le pays vient, mais personne ne sait avec certitude où il va.

La constitution qui polarise aujourd’hui les esprits est le cadre qui a permis, tant bien que mal, une certaine forme d’équilibre et de stabilité. C’est sur cette base que la grande majorité de la classe politique et des forces vives ont joué le jeu de la démocratie et que des progrès notables ont été enregistrés, notamment sur le plan économique. C’est d’une certaine manière le socle sur lequel repose aujourd’hui l’intérêt général.

Pour la première fois de son histoire, le Congo a l’occasion d’assister à une dévolution pacifique du pouvoir avec ce que cela peut apporter à la pratique du jeu démocratique et symboliser dans l’imaginaire collectif. Ce momentum inédit nécessite donc des uns et des autres de répondre à des questions de fond du point de vue de l’intérêt général.

Est-ce le bon moment pour « toucher » à la constitution vue l’incertitude à laquelle elle peut conduire? Qu’apporterait en plus et/ou en mieux une nouvelle constitution ? Quel message envoi-t-on à ceux qui se sont engagés il y a quelques années à conquérir le pouvoir par des moyens pacifiques ?

La politique étant une question de rapport des forces, si les partisans d’une réforme constitutionnelle obtienne un référendum sur la question, quelles sont les dispositions techniques prises pour que le résultat de la consultation reflète la volonté populaire et ne se soit pas l’objet d’une nouvelle crise politique ?

Comme le montre ces quelques lignes, le Congo a fait des progrès considérables ces dix dernières années. Les défis à surmonter restent immenses, notamment sur le plan sécuritaire mais ils ont besoin pour cela d’un climat politique apaisé. Fait-on aujourd’hui le choix de plonger le pays dans l’incertitude ? Accepte-t-on de remettre en cause toutes les avancées acquises au prix d’énormes sacrifices ?

Les différents acteurs de la situation devraient répondre en âme et conscience à toutes ces questions en se demandant si leurs réponses sont motivées par l’intérêt général.