Central Africa: the end of the illusion

Pics AC

In central Africa, the geopolitical upheavals of the early 90s have had a profound impact, with civil wars affecting 4 countries in particular, countries which are currently much discussed: Burundi (October 1993 to November 2003), Congo (June to October 1997), DRC (October 1996 to May 1997 and August 1998 to December 2002) and Rwanda (October 1990 to July 1994).

These periods of war were followed by periods of transition, which of course did not all have the same foundations, as they happened after military victories in Congo and Rwanda, whereas power sharing was the outcome in Burundi and the DRC, where there were no clear winners or losers.

Periods of transition

The main aim of these periods of transition was to lead to national reconciliation, democratic elections and the emergence of the rule of law. In the case of Burundi and the DRC the creation of a national republican army, regrouping otherwise hostile forces, became an additional objective. This gamble paid off in Burundi, whereas the reform of the security sector in the DRC failed.

Ultimately, the transition in these four countries allowed a consolidation of the political domination of the persons or groups who, in one way or another, prevailed in the war.

In Congo and Rwanda the victories of Sassou Nguesso and Paul Kagame left no doubt that the victors would impose their laws on the defeated parties and redefine the political game to their advantage. It’s hardly surprising then, that they both won their first post-transition elections: Sassou in 2002 and Kagame in 2003.

In Burundi, the Hutu rebels of the CNDD-FDD and the FNL did not manage to overthrow the Tutsi government by force, but instead they succeeded in definitively changing the political game by allowing the Hutu majority to gain power through majority rule. The CNDD-FDD, the only Hutu rebel party to have taken part in the transition process, benefited greatly, by winning the first elections in 2005.

In the DRC, the first war enabled the Kabila family to gain power and the second did nothing to change that. Joseph Kabila managed to position himself advantageously at the end of the 1+4 transition, winning the 2006 presidential election.

The success of the objectives set during these transitions varied from country to country, but they allowed on the one hand, the adoption by referendum of new constitutions (in 2002 in Congo, 2003 in Rwanda, and 2005 in Burundi and the DRC) limiting the number of presidential terms to two, and on the other hand, a legitimisation of the power of those who gained it either directly or indirectly by force. As Mao Zedong said: “Political power grows out of the barrel of a gun.

The elections and their illusion

The fact that ex war chiefs won the elections does not necessarily mean that they were rigged. Different objective reasons contributed, some of which we will consider below.

In the case of Congo and Rwanda, the control exerted by the authoritarian regimes over the public space left very little room for opposition parties to exist. The monumental scores achieved by these two presidents, whose countries were ravaged by ethnic wars, illustrate this well: Sassou Nguesso was elected with 89.41% of the vote in 2002 and 78.61% in 2009, whilst Paul Kagame got 95% of the vote in 2003 and 93% in 2010.

In Burundi, the CNDD-FDD clearly won the 2005 legislative elections (with almost 60% of the vote) allowing its leader, Pierre Nkurunziza, to be elected President of the Republic by Congress. The power of the CNDD-FDD quickly became authoritarian and lead to a boycott of the 2010 elections by the majority of opposition forces. Pierre Nkurunziza was subsequently elected with over 90% of the vote and his party became a super-majority in parliament.

In the DRC Joseph Kabila, who centred his 2006 campaign on the reunification of a country divided by war, was elected President of the Republic in the second round with a comfortable majority of 58%. The exercise of power in the country became more and more authoritarian, leading to the 2011 changes to the constitution which reduced from two to one the number of rounds in the presidential election. This, of course, favoured the re-election of Joseph Kabila in the chaotic elections of November 2011.

In all four cases, these elections created the illusion that the accession to power was decided at the ballot box, even if the elections weren’t totally transparent. This illusion kept everyone happy, except that they were not about an accession to power but rather maintaining power.

Aside from the electoral irregularities in certain cases, you can see that the people, ground down by war, often preferred to vote for ‘those who brought peace and stability’ or to prevent a defeat which would be synonymous with war. We remember for example, from 2011: “If Kabila loses, it’s war.” We must, however, admit that it is difficult for an incumbent regime to lose an election. Faced with an often impoverished and divided opposition, the ruling party frequently uses State resources (finances, justice, media, administration) to establish itself, unseating its rivals and assuring electoral victory.

The International Community also contented itself with the illusion these elections offered, partly so as not to jeopardise their interests in these countries by getting angry with their “strong men”, but also because they couldn’t see any alternative. They also looked the other way during the constitutional changes in the DRC in 2011 and the rise of authoritarianism in Rwanda for the same reason: “Who else if not Kagame? If not Sassou? If not Kabila?

The end of a cycle

It is between 2015 and 2017 (which means now) that the four presidents will arrive at the end of their final terms in office. The different parties involved (the people, the opposition, the International Community and even some at the heart of the current regimes) have tried to act as if they believe that the presidents will leave power in accordance with the constitutions. The opposite has in fact happened; they have all tried to stay in power through a revision of the constitution or similar procedure.

It has already happened in Congo and Rwanda. The “strong men” have just granted themselves the right to stay in power for several more years through illusion-elections.

In Burundi, Pierre Nkurunziza appears, for the moment, to have succeeded in staying in power thanks to the support of the majority of the security forces. His constitutional revision failed but he nevertheless managed to obtain a third term which has thrown the country into a cycle of violence.

In the DRC, there is no longer any doubt that Joseph Kabila wants to stay in power, although his opposition, civil society and the International Community are all pushing for democratic change. Like his counterparts, it is unlikely that Joseph Kabila, who is in complete control of the State (army, justice etc.) will accept to give up the power that his father obtained by force.

And now?

The events of the last few months in Central Africa have demonstrated that the theory of “two terms and leave” was an illusion, that the civilised transfer of a power which has been obtained by force is not straightforward. It is, therefore, the end of a cycle, the failure of a certain approach to stabilizing post-conflict countries which started at the beginning of the century.

Is the use of force the only way to get rid of those leaders who remain? This option would constitute a return to square one without the slightest guarantee that the new victors would leave power peacefully when the time comes.

Should we, nonetheless, despair at the sight of democratic change in Central Africa? Today all the regimes in power feel obliged to hold elections, even if they are imperfect, to give the appearance of normality. Elections have thus become the norm and we should capitalise on this advance in the future when considering the stability of post-conflict countries. The important thing now, is to ensure that these elections reflect the will of the people.

 

 

 

Pictures : Photo: (From left to right) President of Burundi Pierre Nkurunziza (EPA/BRITTA PEDERSEN) ; President of Congo Denis Sassou-Nguesso (EPA/JULIEN WARNAND); President of Rwanda Paul Kagame (EPA/GEORGI LICOVSKI); President of DRC Joseph Kabila (EPA/MICHAEL KAPPELER).

Advertisements

Afrique Centrale: la fin des illusions

Pics ACEn Afrique centrale, les bouleversements géopolitiques du début de la décennie 90 se sont durement fait ressentir avec des guerres civiles qui ont notamment touché quatre pays dont on parle beaucoup actuellement : Burundi (octobre 1993 à novembre 2003), Congo (de juin à octobre 1997), RDC (octobre 1996 à mai 1997 et août 1998 à décembre 2002) et Rwanda (octobre 1990 à juillet 1994).

Ces périodes de guerre ont été suivies par des périodes de transition qui n’avaient bien entendu pas toutes les mêmes bases, vu qu’elles arrivaient après des victoires militaires au Congo et au Rwanda, alors que le partage du pouvoir a été la recette au Burundi et en RDC, où il n y a eu ni vainqueur ni vaincu.

Les périodes de transition

Les transitions avaient principalement pour but de conduire à la réconciliation nationale, à des élections démocratiques et à l’émergence d’un état de droit. Dans le cas du Burundi et de la RDC, la création d’une armée nationale républicaine, regroupant les forces autrefois belligérantes, représentait un objectif supplémentaire. Le Burundi a réussi ce pari alors que la réforme du secteur de la sécurité en RDC a échoué.

Au bout du compte, les transitions dans ces quatre pays ont surtout permis de consolider la domination politique des personnalités ou groupes ayant, d’une certaine manière, gagné la guerre.

Au Congo et au Rwanda, les  victoires de Sassou Nguesso et Paul Kagame ne laissaient aucun doute sur le fait que les vainqueurs imposeraient leur loi aux vaincus et qu’ils redéfiniraient le jeu politique à leur convenance. C’est donc sans surprise qu’ils ont respectivement remporté leurs premiers septennats post-transition en 2002 pour Sassou et 2003 pour Kagame.

Au Burundi, si les rébellions hutu du CNDD-FDD et du FNL n’ont pas réussi à renverser le pouvoir tutsi par les armes, elles ont cependant réussi à définitivement modifier le jeu politique en permettant à la majorité hutu d’accéder au pouvoir par la loi du nombre. Le CNDD-FDD, seule rébellion hutu à avoir rejoint la transition, a récolté la mise en remportant les premières élections de 2005.

En RDC, la première guerre a permis aux Kabila d’arriver au pouvoir et la deuxième n’a pas réussi à les en éloigner. Joseph Kabila a par la suite réussi à tirer son épingle du jeu à la fin de la transition 1+4, en remportant la présidentielle de 2006.

L’accomplissement des objectifs assignés aux transitions a varié selon les pays, mais ces périodes ont permis d’une part, l’adoption par référendum de nouvelles constitutions (en 2002 au Congo, en 2003 au Rwanda, en 2005 au Burundi et en RDC) limitant à deux le nombre de mandats présidentiels ; et d’autre part, de légitimer le pouvoir de ceux qui y avaient accédé (in-) directement par les armes. Comme disait Mao Tsé-Toung : « le pouvoir est au bout du fusil. »

Les élections et leur illusion

Le fait que les anciens chefs de guerre aient gagné les élections ne signifie pas qu’elles étaient forcément truquées. Différentes raisons objectives, que nous évoquerons ci-dessous, y ont contribué.

Dans le cas du Congo et du Rwanda, la mainmise des régimes autoritaires sur l’espace public n’a laissé que très peu de place aux partis d’opposition pour exister. Les scores staliniens réalisés par les deux présidents, dont les pays ont pourtant été ravagés par des guerres ethniques, l’illustrent bien : Sassou Nguesso a été élu avec 89,41 % en 2002 et 78,61 % en 2009, alors que Paul Kagame a remporté 95% des suffrages exprimés en 2003 et 93% en 2010.

Au Burundi, le CNDD-FDD, devenu parti politique, a nettement remporté les élections législatives de 2005 (presque 60%), ce qui a permis l’élection par le Congrès de son leader Pierre Nkurunziza à la présidence de la république. L’exercice du pouvoir par le CNDD-FDD est devenu très rapidement autoritaire et a conduit au boycott des élections de 2010 par la majorité des forces d’opposition. Pierre Nkurunziza a alors été élu avec plus de 90% et son parti devint ultra-majoritaire au parlement.

En RDC, Joseph Kabila, qui a axé sa campagne de 2006 sur la réunification du pays divisé par la guerre, est élu président de la république au deuxième tour de la présidentielle avec une majorité confortable de 58%. L’exercice du pouvoir dans le pays va devenir de plus en plus autoritaire et va aboutir à la révision constitutionnelle de 2011, ramenant  de deux à un le nombre de tours à l’élection présidentielle, pour favoriser la réélection de Joseph Kabila obtenue lors des élections chaotiques de novembre 2011.

Dans les quatre cas, ces élections ont donné l’illusion que l’accession au pouvoir se faisait dorénavant par les urnes, même lorsque ces élections n’étaient  pas transparentes. Cette illusion a contenté tout le monde, sauf qu’il ne s’agissait pas d’accession mais plutôt de maintien au pouvoir.

Outre les irrégularités électorales dans certains cas, on constate que les peuples, échaudés par la guerre, ont souvent préféré voter pour «ceux qui ont ramené la paix et la stabilité » ou ont évité que leur défaite ne soit synonyme de guerre. On se rappelle par exemple en 2011 de phrases telles que : « Si Kabila perd, c’est la guerre». Il faut cependant admettre qu’en Afrique, il est difficile pour un régime en place de perdre les élections. Face à une opposition démunie et désunie, le parti au pouvoir se sert souvent des moyens de l’Etat (finances, justice, médias, administration) pour s’implanter, supplanter ses rivaux et assurer ses victoires électorales.

La Communauté Internationale s’est également contentée de l’illusion offerte par ces élections, d’une part pour ne pas mettre en péril ses intérêts dans ces pays en se fâchant avec leurs «hommes forts », et d’autre part, parce qu’elle ne voyait pas qui pourraient les remplacer. Elle a ainsi fermé les yeux sur la révision constitutionnelle de 2011 en RDC ou sur l’autoritarisme au Rwanda avec la même question : « Qui d’autre si ce n’est pas Kagame ? Si ce n’est pas Sassou ? Si ce n’est pas Kabila ? … »

La fin d’un cycle

C’est entre 2015 et 2017 (c’est à dire maintenant) que les quatre présidents arrivent au terme de leur dernier mandat. Les différentes parties prenantes (peuple, opposition politique, Communauté Internationale et même certains au sein des régimes au pouvoir) ont fait mine de croire que les présidents quitteraient le pouvoir conformément aux constitutions. C’est le contraire qui est arrivé, ils ont tous tenté de se maintenir au pouvoir par la révision constitutionnelle ou un procédé similaire.

C’est chose faite au Congo et au Rwanda. Les « hommes forts » viennent de s’accorder le droit de rester au pouvoir encore pour plusieurs années via des élections-illusions.

Au Burundi, Pierre Nkurunziza semble, pour le moment, avoir réussi à se maintenir au pouvoir grâce au soutien de la majorité des forces de sécurité. Sa révision constitutionnelle a échoué mais il a tout de même obtenu un troisième mandat qui a entrainé le pays dans un cycle de violence.

En RDC, la volonté de Joseph Kabila de rester au pouvoir ne fait plus aucun doute alors que l’opposition, la société civile et la Communauté Internationale exigent toutes l’alternance démocratique. Comme ses homologues, il est peu probable que Joseph Kabila, le seul à contrôler l’appareil d’État (armée, justice, etc.), n’accepte de céder le pouvoir que son père a obtenu par les armes.

Et maintenant ?  

Les événements des derniers mois en Afrique centrale ont démontré que la théorie du « deux mandats puis on s’en va » était une illusion, que la passation civilisée du pouvoir quand on l’a obtenu par la force ne coulait pas de source. C’est donc la fin d’un cycle, l’échec d’une certaine approche de la stabilisation des pays post-conflits, dont la mise en œuvre a commencé au début des années 2000.

La force des armes est-elle le seul moyen d’obtenir le départ des dirigeants qui se maintiennent ? Cette option constituerait un retour à la case départ, sans la moindre garantie que les nouveaux vainqueurs quitteront pacifiquement le pouvoir quand le moment convenu sera venu.

Faut-il pour autant désespérer de voir des alternances démocratiques en Afrique centrale ? Aujourd’hui, tous les régimes au pouvoir se sentent obligés d’organiser des élections, même si elles sont imparfaites, pour donner une apparence de normalité. Les élections sont donc devenues la norme, c’est une avancée sur laquelle il faudra capitaliser à l’avenir dans la réflexion sur la stabilisation des pays post-conflits. L’enjeu est maintenant de faire en sorte que ces élections reflètent l’expression  du peuple.

 

 

 

Pictures : Photo: (From left to right) President of Burundi Pierre Nkurunziza (EPA/BRITTA PEDERSEN) ; President of Congo Denis Sassou-Nguesso (EPA/JULIEN WARNAND); President of Rwanda Paul Kagame (EPA/GEORGI LICOVSKI); President of DRC Joseph Kabila (EPA/MICHAEL KAPPELER).

Nkurunziza’s candidacy, the first challenge to Obama’s “new Africa”

Bo et PN

As had been expected for several months now, on Saturday 25th April 2015 the National Council for the Defence of Democracy-Forces for the Defence of Democracy (CNDD-FDD) nominated Pierre Nkurunziza, outgoing President of the Republic, as their candidate for the 2015 presidential elections. Candidate Nkurunziza is thus officially campaigning for a third term in office.

This infamous “third term” has been much written about over the past few years on the continent. In the case of Burundi, it’s the interpretation of legal texts which has caused controversy. The constitution states that the President of the Republic is elected by direct universal suffrage for a term of five years, renewable once. However, Nkurunziza was only elected once by universal suffrage in 2010, his election in 2005 having been voted by Parliament. According to the wording of the constitution, Nkurunziza has the right to stand, but this constitution is the result of the Arusha Peace Agreement which put an end to a long civil war (1993-2006). This accord clearly states that no one can serve more than two terms as President of the Republic.

Thus those for and against a third term have been clashing over the legality of a new term for Nkurunziza, contributing to rising tensions in a political scene already set on edge by the CNDD-FDD’s authoritarian and interventionist tendencies towards its opposition and civil society.

Nkurunziza, candidate despite the pressure

As expected, the confirmation of this candidacy has resulted in protests in Bujumbura where repressive measures have unfortunately caused several fatalities. This is already too many lives lost. The eminent human rights defender, Pierre-Claver Mbonimpa was arrested on Monday 27th April and the country’s main independent radio station shut down. The situation is explosive: several thousand Burundians have already sought refuge in neighbouring countries while the Imbonerakure, the youth wing of the CNDD-FDD (considered by the UN to be a militia group) is accused of intimidating its opponents, bringing back sad memories of the Rwandan Interahamwe.

There are grounds to fear the consequences of this candidacy on the stability of the country and the whole region. However, several national and international players have warned against the destruction of the peace secured at Arusha. The political opposition, civil society organisations, the Catholic church, ex-president Buyoya, President Kikwete of Tanzania, The UN Secretary General Ban-Ki moon, his predecessor Kofi Annan, the African Union, the European Union, the United States and many others have all spoken out, to varying degrees, against a third term for Nkurunziza.

We can imagine that all of these public declarations by foreign partners, most notably that of the United States, have been accompanied by pressure applied behind the scenes. This pressure has therefore failed.

A candidacy which tests Obama’s will

Let us remember Barak Obama’s first speech on African soil in July 2009, shortly after his election: “Africa doesn’t need strong men, it needs strong institutions.” This declaration of intent has since been adopted by all the officials of his administration, for example the Secretary of State John Kerry, the Assistant Secretary for the Bureau of African Affairs Linda Thomas-Greenfield or the former Special Envoy for the Great Lakes region, Russell Feingold. The latter, as he was leaving his post in February 2015, reiterated the United States’ opposition to Nkurunziza, Sassou-Nguesso, Kabila, and Kagame staying in power beyond their current terms. The aim of this opposition was the consolidation of democracy in these countries affected by violent conflicts at the end of the 1990s. These four departures, some more than others, have almost become symbolic of the new US policy on Africa: Two terms and then leave.

Despite all these pressures, Nkurunziza is candidate for a third term which he will probably win considering his party’s hold over the state institutions and electoral commission. He is the first link in the chain and if it ends up working for him then why couldn’t Sassou, Kabila or Kagame do the same? Each country has its own context but the US made the link between them through one principle – democratic transfer of power.

It’s clear that the other presidents will be attentively following current events in Burundi, whilst at the same time scrutinising American reactions.

Shortly after the confirmation of Nkurunziza’s candidacy, several partners of Burundi expressed disappointment. The State Department said it profoundly regretted the loss of a historic opportunity to strengthen democracy. The US now hopes that what follows will be peaceful and has threatened sanctions on all those who may cause violence. As previously stated; the risk of conflict has unfortunately increased.

However, looking at the declarations which have already been made, certain questions spring to mind: What would the Obama administration do if the Nkurunziza regime succeeded in limiting the violence in the coming months? Would it secretly stir-up violence in order to be able to impose sanctions or would it tolerate Nkurunziza’s continued presidency in spite of its “recommendations”? How far is the US prepared to go to ensure that the principle of peaceful transfer of power is respected in Burundi and other countries in the region? The next few months will tell us much about the US’s determination because this is not only a matter of ensuring that closely-held principles are respected but also about honouring one’s word and not losing face.

Le #nigeriadecides est-il la 1ère phase d’un #africadecides ?

Le Nigéria a tenu son rang et vient de confirmer son statut de géant africain. Pour la majorité des observateurs, les élections du 28 et 29 mars se sont déroulées de manière libre démocratique et transparente.

Le Général Muhammadu Buhari et sa coalition d’opposition, le All Progressive Congress (APC), réalisent ainsi l’exploit de l’alternance en battant dans les urnes un parti au pouvoir depuis plus de 15 ans, alors que la majorité des observateurs pronostiquaient une courte victoire de Goodluck Jonathan.

Il convient ici de saluer le mérite des Nigérians qui se sont rendus aux urnes, bravant dans certains endroits les menaces de Boko Haram ; de féliciter le Général Buhari qui a réussi la première alternance démocratique du pays ; et enfin de louer la grandeur de Goodluck Jonathan qui a sportivement reconnu sa défaite et félicité son adversaire. Cette attitude d’Homme d’Etat va, je l’espère, éloigner le spectre des violences post-électorales que tout le monde redoutait.

Comment cette alternance a-t-elle été possible ?  

L’alternance, encore rare en Afrique, est pourtant saine en démocratie parce qu’elle empêche d’une part l’usure du pouvoir et ses conséquences ; et d’autre part, parce qu’elle est un gage de stabilité et de bonne gouvernance en permettant à un nouveau groupe de gérer la chose publique en apportant du sang neuf, des idées nouvelles et, on l’espère, de nouvelles pratiques.

Trois facteurs principaux ont permis à l’APC de réussir son pari de l’alternance : une volonté populaire de changement, l’union de l’opposition et une commission électorale indépendante.

  1. Le changement

La campagne victorieuse de Buhari s’est principalement articulée sur la fin de la corruption qui gangrène le pays et la lutte contre l’insécurité. Le peuple nigérian s’est clairement prononcé pour un changement de la situation actuelle. C’est d’autant plus frappant que le même Buhari a été largement battu par Jonathan en 2011. Cette alternance est donc la matérialisation d’une défiance populaire vis-à-vis d’un parti usé par le pouvoir dont la corruption était devenue l’une des caractéristiques.

  1. Une opposition unie

L’unité de l’opposition est souvent indispensable face à un parti au pouvoir profitant des avantages qui y sont liés pour s’enraciner durablement à travers le pays et s’offrir une clientèle fidèle. L’APC a été formé en février 2013 par le regroupement des trois principaux partis d’opposition, représentant par la même occasion une organisation politique suffisamment large en termes d’implantation et de moyen pour rivaliser avec le Peoples Democratic Party (PDP) au pouvoir depuis 15 ans. Plus qu’un simple regroupement d’opposants, l’APC a réussi à représenter une alternative crédible au régime sortant. La démarche suivie a donc été le désir commun d’alternance, l’élaboration d’un programme crédible puis la désignation démocratique du candidat le mieux à même de porter cette alternance.

  1. Une commission électorale indépendante

La transparence du processus avec des opérations de vote difficilement manipulables grâce à la biométrie a été un élément déterminant. Certains ont mis en garde contre les fraudes lors de la compilation des résultats mais la vigilance des Nigérians, qui publiaient les résultats en temps réel sur Facebook et Twitter, a permis d’éviter la publication de chiffres non conformes à la vérité des urnes. Le peuple s’est ainsi approprié cette élection de bout en bout avec le désormais célèbre #nigeriadecides.

L’alternance au Nigéria est-elle la première phase d’un changement plus large en Afrique ?

Chaque pays est unique et a un contexte particulier mais pour que cette alternance soit le début d’un mouvement plus large, je pense que les  trois points ci-haut sont indispensables.

Il semble qu’il existe en Afrique un profond désir de changement chez les peuples dont plus de la moitié des pays sont dirigés par les mêmes régimes voire chefs d’Etat depuis plusieurs décennies.

Cependant, les oppositions devraient être en mesure de représenter une alternative crédible à des partis au pouvoir solidement enracinés. Cela passe notamment par la création de coalitions suffisamment implantées avec un réel écho à travers les pays, capables de capitaliser sur le désir populaire de changement, tout en apportant une offre et des solutions politiques neuves.

Enfin, l’indépendance des institutions électorales vis-à-vis de toute influence politique est primordiale. La réussite d’élections libres et transparentes est conditionnée par plusieurs étapes politiques et techniques, notamment la garantie et le respect d’un certain nombre de droits et libertés, la fiabilité du fichier électoral, la garantie du vote secret ou encore la sécurisation de la transmission et du traitement des résultats électoraux.

Thursday 30th October 2014, an important day for a new Africa

But what kind of Africa are we talking about exactly? An Africa, where elected leaders govern their countries for the duration of their mandate and then retire peacefully at the end of their term. An Africa of good governance, where those elected do not focus their time and energy on maintaining power, but rather on working for the prosperity of their people. The kind of Africa that so many are yearning for today, because the political stability of the continent is an essential condition for its economic development.

The 30th October 2014- an important day

For several weeks now observers and analysts have been discussing upcoming elections, in particular in those countries where the presidents are nearing the end of their final term in office, but where it is becoming clear that they will try to maintain power. These countries are: Burkina Faso (2015), Burundi (2015), Congo (2016), DRC (2016) and Rwanda (2017). Each country has its own unique history and context but it’s clear that they are all watching each other’s situations closely and future developments in one country will inspire and/or influence what happens in the others. It is for this reason that what is currently happening in Burkina Faso is very important for the rest of Africa. Today’s striking images have already been seen all over the continent.

At the moment it is difficult, in fact impossible, to predict what will happen next in Burkina Faso. The President Blaise Compaoré, regarded until yesterday evening as a skilled strategist, has been in power for the last 27 years. Will he now be overthrown or will he remain in office until the end of his term in November 2015? The army, which appears to sympathise with the people, has just announced emergency measures, including the dissolution of parliament and formation of a 12 month transitional government. Will the opposition parties, who have played their role so perfectly in the last few months, insist on the departure of the weakened president during forthcoming negotiations? And what about France, which has just leaked a letter written by President Hollande to his counterpart in Burkina Faso? Will it abandon its old ally? The situation is still very confused.

What is clear though, is that Thursday 30th October is already an important day for Burkina Faso and for the emergence of this aformentioned new Africa. By marching on the parliament and the presidency just hours before the modification of the constitution, the people of Burkina Faso have risen up against an attempt to confiscate power by one man and his group of supporters. They have equally demonstrated their thirst for the creation of strong institutions, their yearning for the upholding of the law and their desire for democracy. It’s a lesson, an example for the other people of the continent. I would also like to take this opportunity to salute the courage of the thousands of Burkinabe who have poured out onto the streets to show their desire for change, but also to pay my respects to those who have lost their lives during this historic day.

The lessons of 30th October 2014

It is much too early to learn any long-term lessons from current events, all the more so since their magnitude has taken almost everyone by surprise. However, we can read and interpret certain messages sent to different groups by the people of Burkina Faso, who it seems were underestimated by some of their leaders.

Firstly to the people of Africa, the Burkinabe have shown that we must not be cowed by any forms of intimidation and, even at the risk of the greatest sacrifice, stand up against all attempts to remove power from the people. Courage is therefore the watchword.

Next, to the African leaders who haven’t yet grasped this concept, the people of Burkina Faso ask that the current constitutions and their laws are respected in order to facilitate political stability. Contrary to what some say, it is not providential “strong men” who prevent serious political crises but the respect of those democratic rules established by consensus.

Finally, to Africa’s partners, the Burkinabe who came out onto the streets today are issuing a demand for coherence. You cannot insist that certain leaders leave at the end of their final term, whilst at the same time accepting that others stay in power. As far as Burkina Faso is concerned, many people will be tempted to use the security considerations of the region to justify these double standards. To those people I would like to ask just one question: Do you think that West Africa will sink because President Blaise Compaoré is no longer in residence at the Kosyam Palace? Let’s replace the “strong men” with strong institutions and mechanisms which will guarantee the stability of the continent.

The three messages that the “men of integrity” are sending to us are therefore, courage, respect and coherence.

Jeudi 30 Octobre 2014, un grand jour pour une nouvelle Afrique

Mais de quelle Afrique s’agit- il exactement? De cette Afrique où les dirigeants élus gouvernent leurs pays pendant toute la durée de leur mandat et se retirent pacifiquement au terme de celui-ci. De cette Afrique de la bonne gouvernance où les élus consacrent moins de temps et d’énergie à se maintenir au pouvoir qu’à travailler pour la prospérité de leurs peuples. De cette Afrique que beaucoup appellent aujourd’hui de tous leurs vœux car la stabilité politique du continent est la condition sine qua non pour son développement économique.

Le 30 octobre 2014, un grand jour

Depuis plusieurs semaines, beaucoup d’observateurs et analystes dissertent sur les prochaines échéances électorales prévues, en mettant l’accent sur les pays dont les présidents effectuent leurs derniers mandats constitutionnels mais dont la tentation de se maintenir au pouvoir a été affirmée ou se précise. Il s’agit du Burkina Faso (2015), du Burundi (2015), du Congo (2016), de la RDC (2016) et du Rwanda (2017). Chaque pays a son histoire et son contexte mais il est évident que les uns suivent attentivement ce qui se passe chez les autres et que les prochains développements dans un des pays vont inspirer et/ou influencer les autres.  C’est donc pour cette raison que ce qui se passe actuellement au Burkina Faso est très important pour le reste de l’Afrique, car les images de la journée vont tourner en boucle partout sur le continent.

Il est pour le moment difficile, voire impossible, de prévoir la suite des événements au Burkina Faso. Le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans et encore présenté jusque hier soir comme un grand stratège, sera-t-il renversé ou restera-il en place jusqu’au terme de son mandat en novembre 2015? L’armée, qui semble faire cause commune avec le peuple, vient en tout cas d’annoncer la dissolution du parlement et l’installation d’un gouvernement de transition pour une période de 12 mois. Les partis politiques d’opposition qui ont parfaitement joué leurs rôles ces derniers mois exigeront-ils le départ du président affaibli lors des négociations annoncées ? La France qui vient de faire fuiter une lettre du président Hollande à son homologue Compaoré va-t-elle lâcher son allié ? La situation reste pour le moment très confuse.

Ce qui est évident par contre, c’est que le jeudi 30 octobre 2014 est d’ores et déjà un grand jour pour le Burkina Faso et pour l’émergence de cette nouvelle Afrique mentionnée ci-haut. Le peuple du “pays des hommes intègres”, en marchant sur le parlement et la présidence quelques heures avant la modification de  la constitution, s’est élevé contre toute volonté de confiscation du pouvoir par un homme encouragé dans cette démarche par ses supporters. Le peuple a ainsi montré sa soif pour l’émergence d’institutions fortes, sa volonté de faire respecter la loi fondamentale en vigueur et son désir de démocratie. C’est une leçon, un exemple pour les autres peuples du continent. Je tiens d’ailleurs ici à saluer le courage de ces milliers de burkinabè qui sont descendus dans les rues du pays pour faire entendre leur envie de changement, mais aussi m’incliner devant la mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de cette journée historique.

Les enseignements du 30 octobre 2014

Il est beaucoup trop tôt pour tirer des enseignements à long-terme sur les événements actuels, d’autant plus que leur ampleur a pris de cours presque tout le monde. Cependant, nous pouvons lire et interpréter certains messages envoyés à différents groupes par le peuple burkinabè qui a été sous-estimé par une partie de ses dirigeants.

D’abord à l’endroit des peuples d’Afrique, les burkinabè enseignent qu’il ne faut reculer devant aucune forme d’intimidation et s’élever, jusqu’au sacrifice suprême, contre toute tentative de confiscation du pouvoir par quelques-uns. Le courage est donc ici le maître-mot.

Ensuite à l’endroit des dirigeants africains qui ne se sont pas encore inscrits dans cette logique, le peuple du Burkina Faso demandent de respecter les constitutions en vigueur et les règles qui en découlent afin de favoriser la stabilité politique. Contrairement au discours de certains, ce ne sont pas des hommes providentiels forts qui empêchent des crises politiques aux conséquences incalculables mais le respect des règles démocratiques établies consensuellement.

Enfin à l’endroit des partenaires de l’Afrique, les burkinabè descendus dans les rues aujourd’hui réclament de la cohérence. On ne peut pas exiger de certains dirigeants qu’ils quittent le pouvoir à la fin de leur dernier mandat, tout en s’accommodant de la volonté de certains autres à s’y maintenir.  Pour ce qui est du Burkina Faso, plusieurs personnes seront tentées de mettre en avant les considérations sécuritaires au niveau régional pour justifier ce deux poids deux mesures. A ceux-là, je ne poserai qu’une question : Pensez-vous que l’Afrique de l’ouest sombrera parce que le Président Blaise Compaoré n’occupe plus le palais de Kosyam ? Remplaçons les hommes forts par des institutions et mécanismes forts qui garantiront la stabilité du continent.

Les trois messages que nous envoient les hommes intègres  ce jeudi 30 octobre 2014 sont donc courage, respect et cohérence.